Ne nous le cachons pas : depuis les douze ou treize dernières années, Star Trek est considéré comme une franchise sur la pente descendante. Avec des films d’une qualité de plus en plus discutable, et une dernière série télévisée franchement catastrophique, l’heure de Star Trek semblait avoir sonnée. Ainsi, la compagnie Paramount eu un changement de coeur; elle vira Rick Berman (largement responsable, selon toutes sources, de la descente aux enfers de la franchise) et donna les clés de la voiture si lucrative à une « nouvelle génération » de producteurs. Le résultat de cette décision casse-cou est le simplement nommé « Star Trek », maintenant en salles. Le film semble recevoir une critique positive presque unanime – c’est la « résurrection-miracle » si on en croit les opinions. Ayant tout juste vu ce film, laissez moi vous faire part d’un top 3 des éléments qui, selon mon humble opinion en tant que fan de la série originale, ne font pas justice à cette dernière. Les voici en ordre croissant d’importance :

#3 – Star Trek : MTV

Le nouveau Star Trek a décidément changé de direction stylistique. En fait, c’est un demi tour complet; tous les aspects du film semble avoir été conçus pour plaire à la fameuse génération MTV. Le décor des vaisseaux de la Fédération ressemblent à un iPod géant. La musique, quoique orchestrée, est tellement peu subtile qu’on dirait du Danny Elfman qui a pris du speed. L’action est presque constante; les rares moments que le réalisateur nous donne pour respirer sont utilisés soit pour mettre en place la prochaine scène d’action, soit pour montrer Uhura en petite tenue ou en train d’embrasser quelqu’un.

#2 – Une histoire qui tente de plaire à tout le monde

L’histoire est absolument ridicule, décevante, et, défaut impardonnable, cheap. Ne nous le cachons pas : dès qu’une intrigue comporte des éléments de voyage dans le temps, c’est la catastrophe. Mais encore plus grave, les auteurs utilisent le voyage dans le temps comme excuse pour établir que tout ce qui s’était passé dans les films précédents est vraiment arrivé, tout en se donnant carte blanche pour contredire tous ces films comme bon leur semble. C’est trop facile! Quand on tente de repartir une franchise à neuf, il faut être prêt à faire des sacrifices; les auteurs ont plutôt opté pour faire du slalom entre ces obstacles; même si ça laisse des trous géants dans leur cheminement. Le résultat est une intrigue qui a trop peur de fâcher les trekkies et trop peur d’ennuyer la génération MTV en même temps.

#1 – C’est toi qui a mis cette matière rouge dans ma singularité?

La plus grande qualité de Star Trek, selon moi, c’est d’offrir la vision d’un futur positif et surtout, plausible. On ne peut pas dire que les anciens films de Star Trek étaient scientifiquement corrects; mais ils tentaient tout de même de maintenir une impression que dans un futur lointain, la vie pourrait peut être ressembler à cela. Il n’y a aucun effort de ce genre dans ce nouveau Star Trek. Les lois de la physique sont continuellement et systématiquement violées en faveur du facteur divertissement. Même un simple fan comme moi, qui n’a jamais terminé son université, peut facilement faire une liste des éléments « scientifiques » mais totalement implausibles que ce film tente de nous faire croire. Star Trek ne réussit pas – ne tente même pas – à monter un univers en lequel nous pouvons croire.

Cela dit, le film en soit n’est pas mauvais. Les acteurs sont parfait dans leurs rôles respectifs. Le film réussit à rassembler un équipage intéressant; j’ai hâte de voir leurs prochaines aventures. Mais toutes ces critiques positives me déconcertent; c’est pourquoi j’ai préféré me concentrer sur les points négatifs du film. En bref : le nouveau Star Trek est une amélioration comparé à « l’ère Rick Berman », mais on est encore loin de la qualité de la vision de Gene Roddenberry.